01 mars 2009

samedi, c'est marché


En arrivant devant l'étal du poissonnier-violoniste, j'ai avisé  deux têtes de merlus  et j'ai regretté de ne pas avoir amené mon appareil photo.  J'ai pris quatre tranches de lieu et le poissonnier télépathe m'a offert les têtes : elles sont du plus bel effet sur ma table rose avec  le chou rouge, le fenouil et le panais. Dans mon panier, j'ai aussi mis de la poésie, appâté par l'offre d'un poster  de Jean Dubuffet sur beau papier pour l'achat de deux poésie-Gallimard. J'ai pris Emily Dickinson parce que c'était bilingue et  haïkus du XXème . C'est pas pour moi, c'est pour offrir mais ne l'emballez pas merci..

Je vous offre le premier : 



Promesse de printemps_
le milan des plaines
rejoint les nuages

Iida Dakotsu




et ceux de la page 166



Dans le ciel rempli d'étoiles
un mât
part en voyage



Shinohara Hôsaku



Une montagne de livres s'écroule_
là-bas sur la mer
un requin
Ozawa Minoru




Un océan de requins 
laisse passer
des bananes vertes

Sugimoto Kajin



4 commentaires:

Anonyme a dit…

Cela fait du bien de te retrouver, telle que tu es, après une semaine sans internet et sans te voir. Je me prépare... MC

christine a dit…

chouette mes lecteurs reviennent de vacances... à bientôt de vive voix.

Anonyme a dit…

ça donne presque le regret d'être parti, s'asseoir sur cette chaise, les coudes sur cette table, lire un haïku en embrassant ma chérie
et puis non je suis xav pas ovide ni joachim
x

christine a dit…

t'inquiète j'amène mon pot