30 juin 2009

passer le pont



Nous nous étions promis d'aller à l'école à bicyclette avant la fin de l'année et de passer le pont suspendu  de Tonnay Charente rendu depuis peu aux piétons et aux vélos.
Départ 7H40. A 8H10, approche émerveillée du pont. Lumière du matin. Arrêt pour une image. Qui ne sera que dans nos têtes ( l'appareil est resté près de l'ordinateur avec le lézard momie).
Jeudi dernier, dernier cours d'accordéon , j'avais fait des photos de la Charente à marée montante, plus limoneuse que jamais.

29 juin 2009

Leçon de choses 2 ( la momie)




Depuis le temps que je range et que je fais le ménage...

Le bon côté de la chose, c'est les petites surprises : sous le lit de Mano, la momie d'un lézard me fait un signe de la main. 

Je me souviens que lorsqu'elle était petite,  Anjela avait trouvé un lézard momifié d'une très jolie couleur. Elle l'avait apporté à sa maîtresse d'école qui, en voyant le cadeau, avait hurlé et bondi sur une table. Anjela avait été très déçue. Elle s'en souvient encore.

27 juin 2009

leçon de choses


Depuis que j'ai découvert la fonction vidéo de mon appareil photo ( et surtout qu'on pouvait les installer ici ( comme Leila avec ses voisins de derrière) , j'ai tendance à en abuser.
L'événement de vendredi à la récréation du matin : the ravenous beast...
 En fait,  un lucane ou cerf volant   de belle taille. Pour faire parler les bavards. Espérons juste que la bestiole n'ait pas d'oreilles...
video

26 juin 2009

chambouletout ici, là bas, partout








Chacun ses priorités pédagogiques

ici, ça s'appelle  le chamboule tout des dizaines
là bas, à Canala, ça s'appelle " destin commun" ( sous-titré :  Bob et John are looking in the same direction)
(mais le  même défouloir était pratiqué à Chambon depuis des années,  les remplaçantes avaient aussi  le droit de se faire abattre,  je ne retrouve pas la photo, dommage)
Notre destin commun ici était la fête d'école ( chorale kermesse paella karaoké...)
 Petit cadeau : Sophie est venue chanter les ptites étoiles avec sa guitare. 

25 juin 2009

autoportrait à la boîte à biscuits de papi


C'est papi qui me garde les boîtes à biscuits en fer blanc. J'y mets mes trésors. L'avantage sur les boîtes à maquereaux de la cantine, c'est le couvercle.


Chaque jour, Paul publie une photo avec une maxime. En anglais et en français.
Je fais mienne celle du jour.

Pas besoin d'être flou pour vivre mais ça peut aider

You don't have to be blurred to live, but it may help.

L'événement ou l'évènement ?




En général, je me garde bien de coller à l'actualité mais là ne soyons pas hypocrites.
 C'est l'événement de la journée. C'est marqué dans le journal.  Entre midi et deux, nous  sommes allées faire un tour.  Le point rouge voulait bien dire moitié prix. A nous, les chaises de jardin roses... ( Ben vous partez, ben voui mais on reviendra et on pense à tous ceux et celles qui vont profiter de l'air marin pendant notre absence). Anje s'est bien amusée au rayon lingerie  (l'ange rit)  Son frère a boycotté  le textile  ( facile, à la même heure, il était enfermé dans une salle  avec des synapses, du corps jaune et des protides...) Et pendant ce temps, M est passé...
 Juste une fausse note,  Hervé et Laurence, le coup de balai, ce sera le 24 juillet, le jour de ma fête et si tout va bien je serai loin.

24 juin 2009

court voyage textile immobile (sales gosses)



L'installation de Giulia Manset a dû nous inspirer.  A la récré, nous avons étalé tous les habits oubliés depuis la dernière rentrée. Par couleur. A droite, le noir, à gauche le gris. Chacun a été sommé de retrouver son bien. A la recherche d'éventuels prénoms qui nous mettraient sur la piste de propriétaires détachés des biens matériels ou à la vérité , lassés par la surbondance,  la lecture des étiquettes nous a fait voyager loin : Bangladesh, Pakistan, Inde, Chine aussi bien sûr.

23 juin 2009

sales familles ( encore raté )


ENCORE UN RENDEZ VOUS MANQUÉ.
L'installation de Giulia Manset sur les marches de la Bibliothèque Nationale de France, au mois de mai dernier.

Giulia Manset

Sales familles

L’installation s’inspire de la vie des quartiers de Naples.

 Pour quelques jours l’esplanade Bnf-François Mitterrand

 se pare des couleurs de l’Italie.

 Des lavandières s’affairent à laver une montagne de vêtements

 dans un brouhaha convivial.

 En séchant, les vêtements habilleront les marches de l’esplanade 

de couleurs vives.

Mon soulier de satin



Manoel me lit les sujets du bac  et je préfère ne pas me souvenir pour la nième fois de mon calvaire et de Montaigne avec qui je me suis depuis réconciliée. 

Je préfère écouter le début du Soulier de satin lu par le même Mano et me souvenir du magnifique cadeau d'anniversaire que nous fit Wébé pour nos 26 ans, à moins que ce ne soit pour notre Noël 87 (Les 10 heures du Soulier de Satin  par Antoine Vitez. ) et de l'autre Manoel( de Oliveira) nous présentant le sien deux ans plus tôt à Carré St Vincent.

"Ecoutez bien , ne toussez pas et essayez de comprendre un peu. C'est ce que vous ne comprendrez pas  qui est  le plus beau, c'est ce qui est le plus long qui est le plus intéressant et c'est ce que  vous ne trouverez pas amusant qui est le plus drôle"

Nous  étions prévenus.

Et il avait raison, M. Claudel.



22 juin 2009

nids toujours


Tiens , des nids.  une céramiste californienne.  Rae Dunn
Je cède ou je résiste ?

co-locataire toujours



J'aimais  bien être une co-locataire même si je n'ai pas eu ma carte de membre très longtemps. J'ai une boîte à biscuits qui contient toutes les photos et  les articles parus sur cette belle association.

L'idée était simple et généreuse : mettre l'art à domicile, faire de nos maisons des galeries éphémères... J'ai adoré recevoir un artiste, encore plus recevoir les visiteurs, répondre à leurs questions. C'est un formidable souvenir.

Sans  les Locataires, je n'aurais pas osé  l'exposition de  la fin du mois d'août à la maison.
Je me souviens qu'à 18 ans à Paris, je n'osais pas entrer dans les galeries, je n'osais pas acheter du matériel chez les marchands de couleur.  Que je pouvais être cloche.

Je n'ai jamais caché mes regrets lorsque l'association a décidé d'arrêter l'aventure. 
Mais vendredi soir, chez mémé, c'était pas triste, non. 

21 juin 2009

heureusement c'est marché





Heureusement  samedi c'est marché.

Et vendredi soir au bistrot de mémé, la salade d'encornets de Ginette, le verre de Bourgueil, la dorade aux pleurotes, le garçon affublé du  tablier à fleurs de mémé et les rires des Locataires dilapidant leur trésor de guerre, ça réchauffe le coeur.
Butin du jour : une poignée d'encornets à vider, un  porte drapeau, un tirailleur lançant une grenade, un  appelé du régiment des balayeurs,  une sensitive ( mimosa pudique)
Oh, ne me touchez pas !!!!  un stock d'éponges à ardoise des années 60 ( vous savez celles qu'on avait dans des boites en plastique et qui sentaient très mauvais, je ne sais pas ce que je vais en faire, mais un jour sûrement...), 4 crayons de papier de la même époque, trois boites de maquereaux  vides pour ranger le reste ( cadeau de la cantine)



video

19 juin 2009

It's a long way...



Take care, courage et patience.
 Il y a des jolies lumières à l'horizon... et le sourire des cousines.
Perhaps it 's time to  improve your english, my dear dear. Australia and New Zealand are waiting for U. And so we are.

pas envie


Aujourd'hui c'est jeudi et j'ai pas envie.
Aujourd'hui, rien.
Aucune envie de me tirer le portrait.
Rien dans la boîte à lettres. Juste une  mauvaise nouvelle.
Juste envie de me coucher et de lire au lit.
ça tombe bien j'ai des livres de chevet, tous commencés.
 Donc autoportrait sans moi mais avec  les livres que j'ai commencés

18 juin 2009

encore ratés (les rendez vous)


Encore un rendez vous parisien raté. Moi qui ai entrevu le mollet en février, j'aurais bien aimé y être.  Je connais la monteuse ( qui a de beaux mollets)
Autre rendez vous raté : le concert de Sowenko à Angoulins à 21H15 vendredi 19 juin. J'aurais bien aimé y être. Je connais la chanteuse et les choristes... là j'exagère Angoulins c'est pas loin mais j'ai un autre rendez vous.
Je me console en chantant les ptites étoiles avec mes 24 zigomars.

voyage immobile


Dans la collection des Cecilia, il y a Flor de papel.  Un lien vers un archipel. Des architectes paysagistes   qui travaillent à Berlin.  Leurs jardins sont présentés comme un archipel  avec des îles émergentes, émergées,  immergées, submergées... avec un bruit d'eau qui rafraîchit  quand on clique...comme les souvenirs ( souvenir  émergé : le thé à Gorreana, août 2008)

17 juin 2009

still life in the kitchen


 Ce que je vois quand je fais cuire les asperges.  Un  pingouin rochefortais, un cowboy et un indien de Dejvice, Praha 6, un mouton tchèque, une bernique açorienne, un azulejo lisboète et un emballage vintage impossible à jeter...

16 juin 2009

minuscules résistances du dimanche après midi





Résiste, qu'il dit.

  Microscopiques  résistances d' un dimanche de juin :

peindre des volcans alors que les évaluations à corriger s'empilent sur le bureau.
étaler ses petits moules à gâteaux sur la jolie table alors qu'il y a l'aspirateur à passer
monter jusqu'au teenage floor pour écouter le dernier vinyl qu'on pense avoir acheté et qui justement  s'appelait RESISTENCIA (et son tube que les petits en  tablier bleu du jardin d'enfants Pinocchio chantaient à tue tête :  Nao, Nao sou o unico, nao sou o unico, nao sou o unico a olhar o ceu.. ( non, je ne suis pas le seul à regarder le ciel) alors  qu'il faudrait défricher les 10 mètres carré de jungle urbaine .
rester dix minutes à contempler the very last  Albertine alors qu'il serait temps d'écrire à mon fournisseur d'accès pour lui dire que je mets les voiles.

14 juin 2009

Parfois je résiste, parfois je cède








J'ai souvent fait de la résistance à la nouveauté. 
 J'ai regardé longtemps l'ordinateur avec méfiance. 
Je me suis accrochée au vinyl. 
 J'ai boycotté le micro ondes.  
Et le téléphone portable.
jusqu'à y a pas longtemps.
Et puis me voilà  complètement  blog, skype, e-bay, Etsy, Amazon, sms.  
Et c'est contagieux à ce qu'on dirait. Même chez les irréductibles bretons.
Je suis bouche bée de  regarder  ce que Leila voit de la fenêtre de son immeuble : l'escalier qui monte au ciel,  les enfants de la favela qui font voler leur cerf volant ou qui prennent une douche. Même la pierre dans le carreau, je la reçois.

13 juin 2009

à Helena, Fernando , Lisboa, Antonio, Gonçalo...



C'est incroyable le nombre de natifs de 13 juin  que j'ai croisés au Portugal.
Fernando P au Bureau de tabac  au début des années 80,  Maria Helena V da S ,  à la Bibliothèque ou sur un banc du square des mûriers , Gonçalo, le caméléon, à la cafeteria de la fondation Gulbenkian et même, avant sous un autre pseudonyme, rue du Pont volant.  Tous les quatre nous aimions pour la  Saint Antoine   aller manger des sardines dans les rues de Lisbonne avec de  la Sagres jusqu'à pas d'heures. Nous étions bien jeunes. Aujourd'hui, Fernando  regarde à jamais le Chiado qui a brûlé , Helena a son joli musée, Gonçalo vit sa vie la tête en bas sous le nom de code de Koala. Et moi je suis là à laver du linge, à couper de l'herbe, à remplir mon panier de maquereaux, de limandes et de pois de senteur.
Aujourd'hui d'autres histoires, d'autres fêtes,  à Rochefort on dansera breton, on écoutera bagad la semaine prochaine. 
A Canala, on fête le taro dans la tribu de Mya et K. a repris du service aux Nouvelles Calédoniennes. 
La vie est parfois si longue et elle n'en finit pas de nous surprendre.

Bon anniversaire à tous mes amis de Lisbonne, les vivants, les morts, les exilés volontaires.
J'ai essayé de vous  jouer un an dro d'anniversaire. Malgré  beaucoup de travail, ce n'est pas encore au point.  Tant pis.  Trois matelots dans le port de Brest...

Pourquoi les matelots vont-ils toujours par trois.   Trois marins javanais dans le port de Hambourg  Trois marins et l'amour ça fait quatre paumés.


video

12 juin 2009

RÉBUS


Le bric à brac de plage  reçu pour mon anniversaire a une origine : la plage du billet de 500. (romantique) et une signification.  C'est un rébus. J'ai ma petite idée. Mais il paraît qu'on peut y lire  bien des choses.  Je chipe la photo du rébus  sur le blog de l'expéditeur. 

11 juin 2009

tiens déjà jeudi



Thursday selfportrait  en Mary Poppins. En voilà une autre qui vole. 

  Si je savais bouger le nez pour  tout ranger dans cette maison. Ah  ? c'est pas Mary qui bouge le nez, c'est une autre ?  Et tout ce linge à laver et cette pluie  quand est ce qu'elle va s'arrêter ?

Je profite d'un rayon de soleil pour  voir mon ombre. J'aime bien quand elle est grande et élancée en marchant sur le bord du caniveau.  

Verdes sao os campos...





La dernière rose d'Albertine est sur le point de faner. Le temps court.  Le chèvrefeuille a ressuscité. Les prêles ont survécu à la glaciation hivernale.
Je me bats avec l'herbe et j'ai repris mes ciseaux, la tondeuse  manuelle médinechina étant un échec total, enfin je les reprendrais si la pluie voulait bien cesser. 
La glycine est folle mais moins que le liseron qui domine définitivement la compétition végétale.

Aujourd'hui c'est le jour de Camoes au Portugal.

Verdes sao os campos,
Da cor de limao,
Bon jour de Camoes.

10 juin 2009

new friend







































My new friend arrived today.  It's a worry bird.  From Sweden. Worry birds are aloud in New Caledonia.  Je vais pouvoir lui confier mes soucis. How do you say " confier mes soucis" in english ? in swedish ? in xaracuu ?

09 juin 2009

le géant vert et belge qui mit la pêche et la patate à M.





Il  faisait chanter la pastèque et  le céleri tandis que la pluie donnait le rythme sur la bâche.  Il soufflait dans sa  carotte à bec de pomme de terre et dans son concombre bouché (par un poivron). Forcément il était belge.  J' ai aussitôt repensé à cette émission hilarante entendue sur la route de Mons  et à la couverture à manches pour lire au lit dans une vitrine de Liège. 
Je me suis demandée si le projet de confier à Julos Beaucarne la rédaction des messages  sur l'autoroute avait abouti ou pas.