30 juin 2008

Juste livrés


Sophie vient de passer avec son vélo. Livrer une belle fournée de ces Cédés Même plus mal. J'en ai vingt. Qui en veut un ?
Françoise, c'est fait, il est même dédicacé.
Qui d'autre
?
Je vous l'envoie par la poste ou même je viens vous le livrer, (si vous m'invitez)

29 juin 2008

Grand nettoyage d'été, mail-art et autres surprises

Mon programme de la journée. Pas de plage, pas de mer. Avant d'avoir enfin rangé cette maison et le bric à brac qui s'accumule dans tous les coins.

Finir le mail-art pour l'
Art dans les chapelles et s'il reste du temps aller voir un film de Mike Leigh à la Rochelle.

Sur accusé de réception.


sur une ardoise ramassée près d'une chapelle en 2004.


Et le célèbre saint




Ce qui est bien quand on fait le ménage, c'est qu'on retrouve des choses très rigolotes et inespérées. 11H37, je trouve cette petite coupure absolument attendrissante .L'ours du Sésame. Donc tout ça était vrai. Je n'ai pas rêvé.

Quelle jolie collection de noms propres. Que sont-ils donc devenus ces jeunes gens et ces jeunes filles qui avaient regardé la Course autour du Monde à la télé et qui voulaient faire des papiers sur tout ce qui bouge. Avant de retrouver ce bout de papier miraculé de 36 000 déménagements on ne sait par quel miracle, je sais que j'aurais pu la réciter par coeur cette liste de noms. Les noms propres, ce que je préfère décidément. Il y a de tout là-dedans, des petits, des grands, des gentils, des méchants, des inconnus et des célèbres, des fous et des folles. Peut-être qu'il y a même des journalistes ?

Nicolas, Valérie, Louise et tous les autres...

Festival de cinéma de la Rochelle

Est-ce que Valou vient voir des films de Nicolas Ray au festival de la Rochelle ? Elle est bien venue voir des films sur la Nouvelle Calédonie au festival des pays du Pacifique Sud ? Est-ce qu'elle va le faire, ce film sur Louise Michel ?



Passer la nuit sur la corde à linge



Tu sais ce que ça veut dire passer la nuit sur la corde à linge au Québec ?

Se réveiller tout fripé, avoir fait la fête toute la nuit.

Et quand on se réveille tout fripé, sans avoir fait la fête, ça s'appelle comment au Québec ?




27 juin 2008

Je ne suspendrai pas mon ombre sur la corde à linge

Presque tous les jours, Joao met sur son blog un texte d'un poète (inconnu de moi, que je ne connais pas) . C'est parfois en anglais, parfois en français, parfois il me semble dans la langue maternelle du poète.

Quand j'étais enfant, je voulais être poète, je me levais la nuit pour noter mes rimes, j'avais une vision très classique du vers.
Au Club poésie de 6ème, j'ai claqué la porte. Je ne jurais que par Charles Péguy.
Lui, il nous récitait Aragon et Desnos. Une fois dehors, je me suis sentie bête mais comment rerentrer après un tel coup d'éclat sans perdre la face devant mes congénères ? J'enviais ceux qui étaient restés.
Cela amusa beaucoup le professeur qui en parla à mes parents.
Je ne suis pas devenue poète mais j'ai sympathisé avec Aragon et Desnos.

Je copie-colle un poème de Fathy Safaa sur le blog de Joao. Je m'aperçois qu'elle a déjà écrit dans
Vacarme.

Dans le numéro de l'été
Au sommaire : les Kanaks, l'évaluation-en-finir-avec...

On dirait qu'ils ont fait un numéro pour moi. Je viens juste de rendre les fameuses chemises vertes pleines d'espoir et de désespoir.
On a une moyenne générale? Non.
Qui c'est le meilleur de la classe ? ça dépend pour quoi.
Le meilleur en dictée. En pieds au mur. Pour chanter le Sud. Pour calculer des durées. Pour parler aux têtards. Pour faire le K majuscule, dur, dur le K majuscule. Pour nourrir son Tamagoshi en classe sans se faire prendre. Pour piquer les stylos rouges de la maîtresse.Pour plonger Charlemagne dans la baignoire de Clovis et faire vivre des esquimaux en Antarctique. Ou pour écouter la Barbe-Bleue. Non vraiment il n'y a pas de moyenne et il n'y a pas de meilleur. Rideau. On oublie tout.

Et maintenant, la poésie.


Nom à la mer

Je ne suspendrai pas mon ombre sur une corde à linge

mais la jetterai au détour du chemin et
Je te rencontrerai
alors que tu me quittes pour elle
Tu me dépasseras fatalement
Quant à moi, je m'amuserai :
avec les lettres de mon nom qui m'ont échappé un matin et se sont éparpillées.

Dans la maison du bateleur, dans son coffre ou dans son théâtre,
dans son jeu, dans sa magie,
et dans mon enfance que je pousse à ruser
non parce qu'elle est un vol d'oiseaux que je mène à leur nid la nuit
mais aussi une promesse qui m'a quittée suivant cette même ombre,
mon ombre avalant le sommeil.

Lorsque la mare au-dessus du ravin se mit à frémir
après qu'un poisson d'argent se fut insinué en elle jusqu’au fond de son ventre
ce poisson luisant qui me glisse toujours entre les doigts
quand je cherche les phrases alignées comme des briques entre les deux limites
afin d'en faire ma maison
ou ma chambre
ou mon lit
Là, là où je n’ai pas de pays, dans le non de la terre à la terre, dans le non de la patrie à mes pères

là où ce nom avoisine ce que ma mère a planté
et sa langue est une pousse dans le carré de boue de mon enfance,
La langue qu'elle a mise dans ma bouche et qui m'est devenue une mère
à la place de la Mère langue.
FATHY Safaa

Rough trade


En me promenant dans Brick lane, l'autre jour à Londres, je suis tombée par hasard sur le magasin de disques.
ROUGH TRADE . J'y ai fait de bons achats.

En face du magasin, il y avait un slogan que j'ai aimé : whether you are old school, new school or no school, BE TRUE.

26 juin 2008

Filipe Franco , les portes de la mer, Ponta Delgada , Açores



francofilipe.wordpress.com/

fILIPE fRANCO EST UN ARTISTE AçORIEN; iL EST EN TRAIN DE RéALISer UNE FRESQUE
DANS LA GARE MARITIME poRTAS DO mAR ( LES PORTES DE LA MER) QUI SERA INAUGURée LE 5 JUILLET à pONTA dELGADA;
En 1987, j'ai connu un peu Filipe à l'école d'arts de Lisbonne ARCO dans l'atelier d'Antonio Sena, j'aimais beaucoup son travail puis je l'ai revu en 91 quand nous sommes allés vivre aux Açores.

Hier soir, en regardant des photos non triées dans une boîte rouge, j'ai retrouvé celle-ci. Justement elle a été prise dans l'atelier d' ARCO à Lisbonne et justement derrière la jolie fille, qui se prend pour une artiste, avec sa chemise toute tâchée, (à quoi elle rêve, on ne le saura jamais ?) c'est Filipe Franco qui range son matériel. Le tirage maison a mal supporté les années, Filipe a une brûlure dans le bas du dos qu'il n'avait pas. Jolie photo M. le photographe qui passait par là. Joli temps aussi.

La maison démontable



C'est vendredi 27 juin à 19 Heures au Musée Hèbre de Saint Clément, un film avec Buster Keaton...

Les jeunes mariés ont reçu une maison en kit. Mais un amoureux éconduit se venge en mélangeant les numéros des pièces du "puzzle".


En passant par la Bretagne , cet été, en vélo, ça serait bien



/www.artchapelles.com/

ça y est, le site est à jour...C'était il y a longtemps, dans une de ces chapelles. Les filles ralaient qu' il y en avait marre de l'art et des chapelles et de l'art dans les chapelles. De grandes bandes de papier de couleur vive tombaient du plafond et elles avaient été éblouies. Elles avaient voulu qu'on achète des cartes postales. Et voilà. La pellicule était en noir et blanc. mais c'était en couleur.

25 juin 2008

Je prends des trains à travers la plaine et autres lieux


Hier soir j'ai voyagé avec des fous à bord du Darjeeling limited( Wes Anderson) et ça m'a fait du bien, ce voyage en train jusqu'à l'Himalaya. Avec Joe Dassin , compagnon inattendu de voyage.
Tous les soirs, je prends le transsibérien avant de m'endormir et ça me berce.( Le canapé rouge de Michele Lesbre) Et ça me donne envie d'aller jusqu'à Irkoutsk, je suis influençable.

Le 12 juillet, j'irai voir Bashung à la Rochelle, s'il reste des places et peut-être qu'il chantera la nuit je mens , je prends des trains... ( si tu avais été une fille, tu te serai
s appeler Joséphine)
Cet été, je lirai train de nuit pour Lisbonne de Pascal Mercier.

.. et ça me rappelera mes allers- retours entre P et L et L et P, la clochette du maître d'hôtel pour le premier service, le caldo verde renversé sur la nappe blanche et tous ceux que j'ai croisés dans ce train, qui faisaient le grand écart entre ici et là bas, (aqui e là)
Quand j'avais 1 an, j'ai conduit un train et je radote.
Si Sao Miguel n'était pas une île, je pourrais y aller en train. si la sardine avait des ailes...

En attendant, je fais des croix dans des petites cases jusqu'à ce soir. Après je clouerai des clous sur les nuages. Sans échaffaudage.

maman, quelque chose me regarde dans le chèvrefeuille


Je te jure, je vois des yeux. ça doit être le chat. Mais non, le chat est sur la table. Ben qu'il descende , il n'a rien à y faire sur la table, j'aime pas qu'il soit sur la table,le chat. ça nous regarde. ça bouge ? non, mais ça nous regarde. Méchamment ou gentiment ? Fixement.

24 juin 2008

Vaches de fond de tiroir et autres fleurs

,


Les vaches de Pedro m'en rappellent d'autres. Non, Valou , je ne parle pas de toi. Toi, tu es une jolie fleur. Désolée en essayant de reverdir l'herbe des Pola, je ne t'ai pas arrangé le teint... T'inquiète, t'es toujours la plus belle...
A Saint Miguel, je faisais une petite collection de vaches. Je comptais les vaches. Il y avait du pain sur la planche. C'était longtemps avant les planches à laver.

Amigos de sucesso 5 : Pedro e suas vacas açorianas


Pedro élève des vaches açoriennes ( Ramo Grande, c'est leur nom). Et en agriculture biologique.
Parabens Pedro.

Bientôt le Togo ?


Chez Anne, dans la bibliothèque des Toilettes, de Saint Jean de Ceyrargues, il y avait un livre qui parlait du Togo et qui m'a fait penser à toi. J'ai retrouvé, ma voyageuse, ma géographe, ma virgule cette photo que j'avais faite pour toi. Heureusement que j'ai six mois de retard dans le vidage de ma carte mémoire. Quelques images auront survécu à la disparition...

23 juin 2008

Mille et une



Dommage qu'Angélique reparte vers la Bretagne et que ça s'arrête. C'était tellement bien le mercredi soir. La musique, le foulard qui cliquète autour des hanches, le grand voile qu'on fait tourner en l'air, les percussions. Merci à vous, princesses des mille et une nuits du mercredi soir des bords de Charente...

22 juin 2008

C'est vide, c'est dur ou c'est léger ?

J'ai pas bien compris la consigne.
En voulant réparer, j'ai tout effacé. Mon disque dur est vide. Le vertige. Plus rien. J'avais pas sauvegardé. J'y pense parfois à sauvegarder. Mais quoi et par où commencer.
C'est pour ça que je garde tout en mémoire. Je ne sais pas ce qui est essentiel.

Je suis quand même allée chanter
. Sous le kiosque à Fouras. Chanter, voilà qui fait du bien.
Chanter l'été, les vezzoze, Si
j'avais encore mes photos, je pourrais illustrer mes propos , avec la jolie photo volée, du cou de mes voisines de chorale, alti bien entendu, un samedi dans cette salle voutée de l'Abbaye aux dames. Mais la photo s'est envolée. Avec les autres. Passé le moment de désespoir, se dire que le cou des jolies alti, on pourra le remettre dans la petite boîte. Que peut-être , on va se sentir plus léger. Que c'est un signe qu'il faut commencer un nouveau chapitre.
Est-ce que c'est ça, reformater son disque dur ? Hein ?

Amigos de successo 4 : Sophie et Sowenko


Dans la série, mes amis ont du succès : Sophie.

Même plus mal. le titre qu'il nous faut tous. Plus jamais mal. Hein ? ça tombe bien...

Chacun(amis) a mis son petit coup de patte...son petit coup de griffe... son petit coup de coeur...

Il est en vente à la boulangerie d'Echillais (Charente Maritime)

21 juin 2008

dans la boîte aux lettres...









Bien caché dans la boîte aux lettres, la petite galette toute dorée de la fée Sophie.
Oh, mais c'est un vrai cédé avec du cellophane autour.
Qu'il est joli.
On l'ouvre, Anjela ? Oh oui. Quand je pense que d'aucuns sont allés voir Robert Zimmermann à Toulouse et qu'ils ne sont pas là pour l'ouverture du petit trésor. On l'écoute ? Oh oui ! Mais y a école demain. Ben tant pis ...

Mon premier cours de drehu...


La chance. Je me demandais l'autre jour comment on disait MERCI en drehu, la langue des habitants de Lifou ( Iles Loyauté)

Et bien hier soir, j'ai eu la réponse.
Oleti.

Et j'ai appris aussi poisson : i
et bonjour : talofa ou bozu

Merci pour cette belle soirée, ami de l'autre bout du monde...

apprendre le drehu avant le départ

Rochefort en accords




Le joli festival de la fin des vacances se prépare.

Avec ces mini concerts sur le Pont transbordeur, le temps d'un aller-retour sur la nacelle, au dessus de l'eau. Vous êtes tous invités.



ROCHEFORT EN ACCORDS

20 juin 2008

Elevage de princes charmants en aquarium





C'est pas plus gros que l'ongle de mon petit doigt. C'est noir. Dur à croire que ça fera un jour un prince charmant. Et pourtant. .. La métamorphose continue. Sa queue a raccourci. Elle reste longtemps la tête hors de l'eau sur le caillou. Elle a replié ses pattes sous elle. Elle se laisse tomber au fond de l'aquarium comme un homme grenouille.


C'est une grenouille. Méritante. De survivre dans un tel marigot.

19 juin 2008

Entrer dans la légende...

Un espresso ?


C'était en mai et juin 1981. Deux mois terribles. La France faisait la fête et acclamait son président de gauche. Moi, je pleurais le soir dans ma chambrette avec ma copine Laura. Je pleurais dans les cabinets du boulevard Malesherbes. Je faisais l'expérience de l'humiliation.
Dans les yeux de ma chef de service d'alors, je lisais la réplique des Bonnes de Genêt : " Je hais les domestiques..."Nous affrontions le monde impitoyable de la presse parisienne. Vu de maintenant, j'ai beaucoup appris.

Il m'a fallu au moins 20 ans pour racheter Télérama et quelques années de plus pour recevoir l'espresso tous les jours sur ma boîte mèl. Je constate aujourd'hui que l'éponge est passée. Décidément que de traités de paix signés cette année...





Retour du schmillblick ? (Envoyée par Christine Cho)

C'est gentil, merci


Petit bouquet cueilli sur le chemin de l'école pour maîtresse- au -bord -du -nervous- break -down...

modeste butin rétais


du masseron cultivé, de la moutarde sauvage et deux plumes de Tadorne de Belon, trésor retrouvé au fond de mes poches d'imper...

18 juin 2008

UN BLOG AçORIEN et Fatima Madruga entrevistada



En cherchant à retrouver la trace de Fatima Madruga, je suis tombée sur un blog de Sao Miguel et une interview de Fatima.

Nous avons connu Fatima (et son compagnon Vitor Boga) grâce à Pedro lors de notre voyage à Pico en 94 (?) Après avoir gravé les dents de
cachalots ( scrimshaw, on pouvait voir ses oeuvres au Peter café sport), elle s'est mise à la peinture. Nous lui avons acheté des tableaux : la vache rose .
La poule devant laquelle le petit Mano s'était assis et ne voulait pas repartir; je crois qu'elle lui avait offert... Ces tableaux ont voyagé et sont toujours avec nous, ici, à Rochefort.



/rotasilha.blogspot.com/

Paris-Ponta Delgada : encore un petit effort....



On a trouvé les billets pour Sao Miguel. On a reçu des nouvelles de Nicole. Et indirectement de Pedro. Qui est devenu agriculteur bio et élève des vaches dans sa quinta de Bela Vista à Capelas . Bravo Pedro.
Les questions pleuvent. Est-ce qu'on prend le bateau qui va l'été jusqu'au groupe central. Tu préfères pas aller à Santa Maria ? C'était bien Santa Maria.
Oui mais Graciosa. On y est jamais allé? Et Lizete enseigne le français là bas, je crois. Oui, mais comment la retrouver ?
A ce compte-là, on connaît pas non plus Corvo e Flores. A chaque fois on dit que c'est un autre voyage...
Est-ce que Pauleta est né à la clinique du Bon Jésus ? Qui a posé cette question ?

J'ai dit à Sara que peut-être on pourrait remplacer la roulotte dans le Poitou par le Whale-watching. Elle avait l'air emballé. Oui mais l'espace Talassa c'est à Pico.
Moi, je veux nager.
Moi, je veux marcher sur les chemins, ça me suffit.
Moi, je veux marcher dans le sable noir et regarder la couleur de mes pieds.

Moi, je...
Toi, tu...

17 juin 2008

Ah, le confort moderne...



Je suis allée au Confort Moderne. Cette fois, c'est redevenu une galerie.
La vitrine avec le martien vert et son carton à dessin a disparu et la grande salle d'exposition a réapparu.
Les bancs sont collés aux murs de chaq
ue côté du bâtiment et non pas en plein milieu de la cour.
Il y a des graffeurs qui graffent, ça, c'est pareil. On dirait le jeu des 7 différences.
Il y a aussi une exposition. Le lac, le mensonge. D'un jeune artiste David Balula. J'aime bien l'audace des jeunes artistes. Sur une grosse caisse, il a mis des miroirs à la place des peaux. On s'est regardé dedans. On a attendu le concert fantôme. En vain. Dans un tunnel, on a eu chaud, on a eu froid, on aurait pu attraper la grippe. Au fond de la caisse, ça bougeait, on a eu peur.
On a regardé pousser des orties. Les bruits se transformaient en lumière. Juste à côté une nuit de musique se préparait. Toute sortie était définitive. C'était marqué.

Liste de ce qui est blanc




Les chemins que vous savez,
Les éoliennes de la droite route de Chambon qui poussent comme des champignons
La Mouette, journal de la côte d'amour vu à la boutique Emmaus de Poitiers ( Ah ! être journaliste à La Mouette et arpenter avec mon maudit bic les rivages de la Côte d'amour)
La page de l'étudiante dans la Médiathèque François Mitterrand au moment où elle va se mettre au travail,

Le glacier de Patagonie, entrevu à la télé ( Maman, vite, c'est la Patagonie)

La seiche qui vit dans l'escalier et l'os qui est sur la toile cirée

Le phare des Baleines qui est au bout de l'île et qui a combien de marches, 264 , qui dit mieux
L'aigrette garzette de la réserve de Lilleau des Niges effrayée, la malheureuse, par 27 petits d'hommes en vadrouille