01 mars 2010

intempéries et autres faits divers



 J'ai préparé mon rouleau à haikus  mais je ne suis pas allée acheter les Nouvelles Calédoniennes pour écrire mon premier poème de mars .  Au vu des affichettes du jour , j'imagine qu'il n'en reste plus.

Tandis que tout le Pacifique était en alerte tsunami  à la suite du tremblement de terre au Chili  ( sauf ici, va savoir, pourquoi ?), Canala avait d'autres chats à fouetter  et faisait la Une du journal télévisé...

J'entendais parler à la radio française  de tempête et de raz de marée, de montée des eaux et de marée de 102,  de la plage d'Aytré et des Boucholeurs. Le journaliste répétait Ayrté, Ayrté mais c'était bien d'Aytré dont il s'agissait...

Le vent, ici, s'est brutalement levé et on s'est dit qu'il était temps de se barricader... mais ce n'était qu'une  petite bourrasque de rien du tout...


Je n'ai pas rêvé que j'étais debout sur le trapèze du grand portique rouge et noir du 35 route de la Plage, à regarder les eaux monter ... j'aurais pu si j'avais dormi.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Déc 99, mars 2010 ...
Bis repetita placent:
Port des Barques souffre
St Laurent de la Prée = SUR MER
Presqu'île de Fouras = île
Les Boucholeurs évacué
Chatelaillon désolé
Aytré très meurtri
La Rochelle en vrac
Les îles sont scindées par l'eau
Mais le pire c'est la Vendée où
la mer et le vent ont pris nombre
de vies dans la nuit

Maintenant c'est le jour d'après..
McdsM

Anonyme a dit…

Désolation, consternation... La mer a versé trop de larmes... il faudra du temps, beaucoup de temps pour les sécher.
Sophilo

Jacques-Yves a dit…

du 37 route de la plage à Aytré,la petite maison jumelle , qui comme toutes les autres maisons de la rue est condamnée à la destruction par une absurde politique du risque:
les habitants de la plage ne veulent as que leur rue hétéroclite et sympathique soit rasée et devienne ensuite une sorte de disneyland.
encouragez-les

christinecho a dit…

Je me souviens très bien de la maison jumelle, celle de M. Larfeuil. C'était il y a longtemps mais je me souviens de tout. J'ai vu une jeune femme à la télévison du 30 route de la plage et j'ai bien pensé que les deux petites maisons étaient elles aussi condamnées.

Jacques-Yves a dit…

Les souvenirs affluent à la plage. Au numero 30 , la permanence des sinistrés viennent nous encourager et nous apportent parfois leur parcelle de mémoire : la dune beaucoup plus importante avant guerre , des vieux tramways de l'usine d'Aytré comme cabanons , dans les années 30 , la guinguette sur la dune ...
Avec une protection intelligemment améliorée , et compte tenu de la très faible probabilité de reproduction d'un tel évènement , nous espérons bien éviter la table rase.
A nos bons souvenirs,
Jacques-yves Larfeuil