09 mai 2010

sardines



Il y a quelques jours, j'ai participé à un "jeu". Il fallait envoyer une recette à la première personne d'une liste et un message à 20 personnes susceptibles de "jouer". Je devais recevoir 36 ( pourquoi 36 ?) recettes en retour. A ce jour, j'en ai reçu 4. Le poulet aux olives de Virginie, le flan aux carottes de Françoise, la pâte sablée de Flore, les fraises au sucre ( ou plutôt le Sucrer les fraises) de McsdM. Mais Josine me traduit un gâteau au fromage blanc et aux fruits rouges polonais que j'attends avec impatience.
En général, je ne joue pas à ces "jeux" sauf quand j'aime bien la personne qui me l'a envoyé.

Comme il fallait envoyer une recette qu'on connait par coeur, j'ai envoyé un must des temps de disette. Quand il n'y a vraiment plus rien dans le frigo, il reste au fond d'un placard  un paquet de spaghetti et une boite de sardines. C'est à  Heinrich que j'ai piqué cette recette. Avec beaucoup de citron. Et de l'ail. Et de la coriandre fraîche si on aime ça. Ou du persil plat. Si les spaghetti sont italiens, les sardines portugaises, le citron de Canala, c'est mieux. Si les spaghetti  maison sont  faits par Sandra, les sardines pêchées par  Zéduardo et le citron cueilli par Fanny, c'est un repas de  fête.

Mais les meilleurs recettes, elles se trouvent sur les blogs desquels je suis membre. Clea cuisine, l'alibi de Patoumi ( dont j'ai beaucoup aimé le texte sur  le sandwich au porc laqué, cela m'a plongé dans une réflexion existentielle : et moi ai je des souvenirs des sandwiches d'enfance ? Impossible de me souvenir ce que maman mettait dans les sandwiches qu'on emmenait en voyage scolaire pour visiter les châteaux de la Loire ou la chocolaterie Poulain. Mes pensées me ramenaient toujours à ces sandwiches que la famille d'accueil nous avait donné lors du séjour à Londres et que personne n'avait mangé. Des sandwiches au concombre et des sandwiches aux sardines. J'avais trouvé ça  secrètement délicieux. Je me souviens aussi du saucissonnage dans le train  avec mémère mais ce qui cristallise mes pensées c'est le gobelet en plastique pliant, enfermé dans une petite boite ( qui ressemblait aux boites à éponge qui sentaient mauvais) qu'elle sortait de son sac comme une récompense. Jamais il ne s'est replié alors qu'il était rempli.)
Un dimanche à la campagne et  la généreuse Tasca da Elvira.


     Avec mes claquettes
        J'ai des fourmis dans les jambes
  et dans mes pensées sardines

1 commentaire:

Hapi a dit…

hello... hapi blogging... have a nice day! just visiting here....